JluK, imaginateur, ou dit différemment, Jean-Luc Kokel, photographe artiste.

Je suis un pur autodidacte, bien que j’ai été personnel de l’Enseignement supérieur durant trente-cinq années. J’ai pratiqué la photographie ophtalmologique au CHRU de Lille, une spécialité très technique dans laquelle on emploie de multiples procédés de prises de vues et d’exploration. J’ai réalisé à Lille les premières angiographies fluoresceïniques et dû prendre en main des appareillages que personne ne connaissait. Nous avons été les seuls en France à produire des angiographies au vert d’indocyanine montrables dès 1975 et durant près de sept ans. Je peux même faire état de quelques publications, certes limitées au niveau régional. Je suis ouvert, le cas échéant, à partager mes compétences avec des médecins ou hôpitaux intéressés.

Ensuite, j’ai quitté la fonction publique et je suis devenu artiste, photographe-auteur*, premièrement durant plus de six années dans la région de Brive (et Terrasson), ensuite j’ai migré en Bretagne en 2008 pensant que l’herbe y était plus verte et en 2014 je suis de retour dans le Sud-Ouest, en Périgord précisément, à Montignac (Lascaux) un peu par hasard. Cela me donne le sentiment de revenir chez moi.

La Bretagne m’a apporté la danse et la musique, quelques belles rencontres et… pas mal d’ennuis. Je reviens à une région que j’ai quittée en recherchant de meilleures opportunités professionnelles, raté !

J’ai fait une incursion dans le monde de l’édition, ce n’était pas un choix, seulement le seul moyen de donner vie à mon livre sur le Fest-Noz.

Mon travail de photographe est visible sur mes différents sites : Corporate, Aérien et sur ma photothèque (toujours grandement incomplète).

* Photographe-auteur (ou auteur-photographe), cela signifie que j’ai opté pour un statut d’artiste-auteur. Ce choix n’est pas le fait d’un égo surdimensionné, je ne me présente jamais comme un « Artiste », c’est essentiellement un statut légal dont il résulte que je perçois des droits d’auteur en contre-partie d’autorisations de reproduction pour mes photographies. C’est pour cela que je suis membre de l’UPC (Union des Photographes Créateurs) et que je suis affilié à l’Agessa. Correctif, je ne suis plus membre de l’UPP et mon statut actuel d’éditeur m’a imposé de quitter l’Agessa pour la RAM, quelle chance !

Ce statut me donne également le droit de vendre des tirages numérotés dans la limite maximale de trente tirages par photographie. Par contre, je ne réalise pas de mariages, ni des photographies d’identité et je n’ai pas de magasin.

Publié le samedi 18 2014 par Jean-Luc Kokel, parfois Jean-LuK ou JluK

Be Sociable, Share!