Coat Favan 2009, trentième édition !

Un fest-noz à la ferme, presque à l’ancienne bien que, pour la première fois, l’on abandonne la terre battue pour le plancher, mais Coat-Favan, c’est aussi du grand spectacle.
Le noyau de l’organisation, ce sont les jeunes du Haut-Corlay (et de Corlay si j’ai bien compris), beaucoup d’enfants d’agriculteurs, cela aide, vous verrez.

Accédez directement aux images.

Cette année au Haut-Corlay, l’on a dansait sur un plancher, 650 m2 en extérieur ! un must. Mais ce fest-noz ne tombe pas du ciel, il est le résultat du travail d’une grosse équipe de bénévoles, jeunes et moins jeunes qui mouillent la chemise pour faire vivre la fête. C’est sur eux que j’ai braqué mes objectifs.

Le 29 avril, J – 36

Fest-Noz Coat Favan - J-36

Depuis quelques semaines, des affiches fleurissent dans les Festoù-Noz de la région, et ces derniers jours, l’opération de communication s’est accéléré avec collage d’affiches et pose d’imposants panneaux sur l’axe Saint-Brieuc – Rostronen, de part et d’autre de La Croix, commune du Haut-Corlay.

Le 26 mai, J – 5

Fest-Noz de Coet-Favan - J-5

Rendez-vous vers 19 heures, ce jour-là, on monte les barnums. Les jeunes arrivent, puis la génération précédente ainsi que des tracteurs dont les remorques chargées d’armatures et de barrières sont prestement vidées de leur contenu. D’autres éléments en bois sont sortis de réserves et le tout est réparti sur le sol, puis progressivement assemblé. Chacun sait ou trouve à quoi être utile, ce qu’il faut faire, et petit à petit buvettes et crêperie prennent forme. Quelques jeunes grimpent dans les ferrailles pour achever la construction. L’avantage de cette période de l’année, c’est que l’on peut travailler tard à la lumière du jour.

Le 29 mai, J – 2

Fest-Noz de Coet-Favan - J-2

Aujourd’hui, l’on bâche. Il ne fallait pas se précipiter, une bourrasque violente pouvant déchirer les bâches et tordre les armatures. La météo est favorable, mais le vent ne facilite pas les opérations. L’électricien commence sa besogne, sans courant pas de fête.

Le 30 mai, J – 1

Fest-Noz de Coet-Favan - J-1

On entre dans le vif du sujet, les jeunes filles commencent la cuisson des crêpes, pendant qu’arrive un grand semi-remorque, c’est la « scène » ! Pour déchargé cette cargaison, l’aptitude de certains jeunes à manipuler les Manitous se révèle une aide précieuse, des enfants d’agriculteurs vous disais-je, habituer à aider leurs parents à la ferme.
La scène, cette année, les organisateurs ont opté pour une vraie scène, une scène de festival avec 90 m2 de plancher. Le tout se monte comme un grand mécano. Deux techniciens l’accompagnent, mais les dix à quinze personnes qui les aident ne sont pas de trop.
Elle a belle allure cette scène, mais il est temps de s’occuper du plancher, toujours avec l’aide des Manitous, bien qu’ils soient impuissants à répartir, ajuster ou visser les éléments de ce plancher. Les petites mains bénévoles sont de nouveau à la manœuvre, pendant que d’autres s’occupent de la signalisation et que les anciens d’AFN et leurs compagnes organisent le parking dans la prairie d’en face.

Le 31 mai, derniers préparatifs

Fest-Noz de Coet-Favan - avant l'ouverture

Il n’est plus temps de tergiverser, à 18 heures, l’on ouvre les festivités. C’est le temps des finitions, des décorations, les buvettes sont baptisées avec humour, on nappe, colle ou visse. Des brassées de fleurs, genêts ou marguerites embellissent le lieu qui n’était déjà pas désagréable.
C’est le temps des ingénieurs du son, des éclairagistes, des balances et toujours de l’électricien.
Les premiers éléments des Kerlenn Pondi arrivent, puis répètent.

Le Fest-Noz

Fest-Noz de Coet-Favan

Le travail des bénévoles n’est pas terminé, il est seulement moins visible, sauf lorsque qu’il faut revisser le plancher au milieu des danseurs.
La Kerlenn Pondi en tenue ouvre les festivités avant que les danseurs ne s’emparent du plancher.
Au programme : Pevar Den, Hamon Martin quintet, Ampouailh, les frères Guichen et Sonerien Du avec, en intermédiaire, les couples Lotout-Lorans, Vincendeau-Felder et Robic-Guillarm.
Officielement, la fête se termine vers trois heures le lundi matin, l’horaire sera à peu près respecté.

D’autres images sont visibles sur la page d’Ampouailh qui avait choisi Coat-Favan pour présenter son premier CD, c’est ici. Pour l’occasion, ils avaient invité le bagad et le cercle de Kerlenn Pondi plus quelques musiciens.

Le lendemain, 14 H

Fest-Noz de Coet-Favan - J+1

J’ai quitté les lieux vers quatre heures, et je reviens dix heures plus tard. En arrivant, je croise le camion transportant la scène avec ses deux techniciens.
Là où quelques milliers de personnes ont dansé, où tant de monde s’attire, plus rien que quelques remorques chargées du plancher ou de barrières. Et autour de la ferme, quelques seaux et un peu de matériel, tout à été nettoyé et rangé, tout sauf deux bouquets de genêt qui fanent sur les fenêtres des tours.

Coat-Favan, ce n’est qu’un fest-noz parmi d’autres, certes un bien beau fest-noz, mais il y a plus d’un millier de Festoù-Noz par an en Bretagne avec, pratiquement toujours, des équipes de bénévoles qui s’activent pour faire vivre cette tradition.

Coat Favan, ce seront aussi quelques chapitres du livre sur les Festoù-Noz sur lequel je travaille depuis près d’un an. Pour le lire, il vous faudra encore beaucoup de patientes…
Je dispose d’un fonds de photos largement suffisant pour envisager ce livre, pour le texte, cela est autre chose, ce n’est pas ma spécialité et il me faut du temps, pas comme le texte ci-dessus qui est, je l’avoue, un peu bâclé.

Be Sociable, Share!